Le Gua Sha

     
Le Gua Sha (prononcer « Goua Sha ») a été utilisé pendant des siècles en Asie, dans les communautés d’immigrants asiatiques et par les acupuncteurs et les praticiens de la médecine traditionnelle d’Asie orientale dans le monde entier.  Il est parfois appelé spooning par les anglophones, cạo gió au Vietnam qui signifie « gratter le vent », kerikan en Indonésie qui signifie « technique du grattage ».

Le Gua Sha consiste à exercer une pression localisée sur la peau, à l’aide d’un instrument à bords arrondis. Il a pour effet d’expulser hors des vaisseaux sanguins les toxines qui obstruent les tissus et les muscles, d’évacuer la chaleur du sang stimulant de ce fait la normalisation des processus circulatoires et métaboliques. Le Gua Sha augmente la micro-circulation de surface qui stimule les réponses immunitaires et anti-inflammatoires. Étant donné qu’il permet de dissoudre les stases des liquides corporels, le Gua Sha s’avère très efficace dans le traitement des douleurs, dans la prévention et le traitement de maladies aiguës et infectieuses, dans le traitement des affections des voies respiratoires supérieures et des problèmes de digestion, ainsi que bien d’autres troubles chroniques ou aigus.

L’outil avec lequel nous faisons le Gua Sha est nommé de même Gua Sha. Il est fait en corne de buffle Indien, appelé buffle d’eau, qui est un matériau très dur et de nature froide. Cette notion de nature froide, ayant donc des propriétés de refroidissement, est importante car un des intérêts de cette pratique est d’enlever l’excès de chaleur et de remonter à la surface cette chaleur interne bloqué en profondeur. La corne de buffle est le 2ème matériau le plus froid après la corne de rhinocéros mais dix fois plus dur que cette dernière. De très nombreuses copies en plastique imitent les Gua Sha en corne de buffle. Les Gua Sha en corne de buffle présentent quant à eux des imperfections de surface et sont plus lourds. Les cornes, après avoir été enlevées sur les buffles morts, sont coupés en deux, trempées dans l’eau chaude, nettoyées de toutes les impuretés puis coupées en tranches et séchées au soleil. Il est conseillé de ne pas laver le Gua Sha avec de l’eau trop chaude au risque de le craqueler. Il est conseillé de même de se créer une collection de Gua Sha de multiples formes qui permettra de s’adapter aux différentes parties du corps. Par exemple une forme étroite pour travailler le 1V qu’il est intéressant de faire au matin. Sachant que ce point est le premier point de départ de l’énergie Wei qui suit le cycle Yin de la nuit. Autre exemple de forme, celle qui permettrait de te tenir le Gua Sha de façon à ce que le 8MC du thérapeute puisse être sollicité.

Le Gua Sha se doit d’être incliné à 45° et s’applique de haut en bas, du yang vers le yin car dixit Bruce Bentley les « choses » sont créées par les cieux. Le mouvement doit être dans un seul sens. Ne pas remonter si l’on descend et inversement dans la zone du front. Pour réaliser un Gua Sha de qualité il faut avoir une bonne respiration, une bonne posture et une bonne inclinaison du Gua Sha. Si l’on est droitier il faut utiliser cette même main droite pour faire le Gua Sha et que celle-ci soit la plus décontractée possible. Les premiers passages se doivent d’être plus doux que ceux qui suivront qui devront être plus appuyés. Il faut conserver une force et un rythme régulier et approprié à la personne avec des passages sur une distance de l’ordre de 15 cm. Après avoir fini totalement une zone il est important de couvrir la personne car suite au Gua Sha la chaleur est en superficie et les pores sont ouverts, ce qui pourraient laisser un Xié pénétrer (Xié dû au froid, au vent…).

Le « Sha » du Gua Sha est ce que l’on désire obtenir en frottant la peau avec le Gua Sha. Lors du grattage de la peau le Sha est la zone où le côté pathogène devient visible et où la couleur est la plus marquée. Les marques s’appellent les «marques du Sha ». Ce sont de toutes petites rougeurs de la taille d’un grain qui « sortent » quand le pathogène est là depuis longtemps. On y voit des noeuds. Parfois ces petits points en 4 ou 5 minutes forment une rougeur étalée. Le Sha c’est la résolution! Normalement il n’y pas de douleur si le travail du Gua Sha a été proportionné aux besoins, bien au contraire. Il peut y avoir une sensation de bien-être. Le Sha est une sorte de libération de la chaleur toxique qui s’est encapsulé. C’est bien si l’excès de chaleur se manifeste sur la peau par ces petits points rouges et se diffuse formant une zone plus ou moins large. Quand vous mettez la main et que vous sentez la chaleur c’est que cette chaleur s’est dispersée.

La ventouse travaille plus en profondeur que le Gua Sha, alors si vous trouvez un Sha débarrassez vous d’abord du Sha avant de travailler plus en profondeur avec des ventouses. Le Gua Sha travaille plus en superficie (mais ceci dit lorsque l’on travaille par exemple sur 36E on a quand même une action en profondeur).

Selon le type de Sha il est possible de savoir si la cause pathologique (vent, humidité, stase, froid qui se transforment en chaleur) est aigu ou si elle est chronique.

  • Si celui-ci est rouge vif, la cause pathologique est aigu.
  • Si celui-ci est rouge profond, violet, la cause pathologique est chronique.
  • Si celui-ci est violet presque noir la cause pathologique est très ancienne, il y a en supplément au toucher quelque chose de noueux.
  • Si c’est encore plus ancien la densité du Sha sera plus importante, il y aura douleur et sensation désagréable pour le patient qu’habituellement il n’y a pas.

En fonction du ressenti lors de la palpation:

  • Si excès: travailler en profondeur, lentement et assez fort pour « casser » l’excès.
  • Si hypotonicité, si sensation de froid plutôt que de chaleur il faut stimuler en travaillant moins en profondeur et plus vite. Pour déplacer le Tchi il faut que le mouvement soit rapide.

Protocole:

Pour faire le Gua Sha commencer par le haut du corps, par la tête, puis le cou, les épaules, le dos, la poitrine, l’abdomen, les bras et enfin les jambes.

Huile (du cou jusqu’en bas pas sur la tête sauf si la personne n’a pas de cheveux):

Utiliser de l’huile d’arachide ou de sésame, là nous avons utilisé l’huile de pépin de raisin. Mettre l’huile pour lubrifier, pour faciliter le mouvement du Gua Sha sur la peau. Il ne s’agit pas de faire pénétrer l’huile. Si celle-ci pénètrait elle bloquerait la remontée,  empêcherait le travail qui consiste à libérer les stase, à faire venir les toxines ou la chaleur de l’intérieur vers l’extérieur. Après le Gua Sha absorber l’huile avec un Sopalin, sans frotter car la peau est désormais sensible.

Tête:

Le travail sur la tête se fait avec des mouvements rapides avec une pression réelle mais légère. Le mouvement fait penser à « un coup de peigne » quand le travail se fait sur les méridiens de la Vessie et de la Vésicule biliaire.

Si vertiges, étourdissement c’est que le yang s’élève du à une déficience de yin, c’est une chaleur vide dans la tête. Dans ce cas travailler Bai Hui dans toutes les directions de chaque côté sur 5/6 cm. Utilisez un coin arrondi du Gua Sha pour avoir une surface de contact par trop large. Se positionner pour tenir la tête en mettant l’ensemble des doigts de la main libre sur le côté opposé de la zone de travail. Faire une trentaine de passes. De même lors d’une insolation, un coup de chaleur c’est dramatique car déjà la tête est yang. Travailler en Gua Sha sur « Bai Hui » est une technique très intéressante pour couper le chaud lors d’une insolation ou pour rafraichir la tête de façon plus générale.

Pour le visage, l’huile de Jojoba est bien adaptée car pas trop grasse.

Pour les céphalées frontales travailler sur la zone débutant au point hors méridien « In Trang » entre les deux sourcils et la limite des cheveux le Gua Sha. Là le mouvement se fait de bas en haut. Travailler de manière douce pour éviter que le « Sha » ne sorte! Sinon il y aura une marque rouge inesthétique qui restera plusieurs jours. Faire 20 à 30 passes à la suite. Il est possible de mettre du baume du tigre blanc (plus froid que le rouge) Si vous mettez une baume qui procure de la chaleur, la chaleur du Baume sera plus importante que la chaleur due à la céphalée et l’excès de chaleur ne sortira pas. Partir du front et aller vers le 8E la céphalée étant souvent une pathologie du Yang Ming. Faire aussi le trajet de 1VB au 12VB avec la pointe du Gua Sha. Y ajouter en même temps un étirement léger du cou.

Cou-épaule-dos:

Mettre de l’huile de pépin de raisin sans faire pénétrer le plus superficiellement possible pour ne pas bloquer la possible survenue du « Sha ». Frotter avec le Gua Sha (toujours de haut en bas ) de manière assez énergique mais sans douleur le long du cou puis vers les épaules, sur le dos le long des para-vertébraux, sur les omoplates et le long des côtes sans toutefois aller jusqu’aux reins.

Pour les douleurs de cou:

  • – cou raide et douloureux suite à la fatigue à un vent froid et humide qui en pénétrant le corps a bloqué le Qi et le sang ou à une position inapproprié pendant un long moment :

Travailler sur Fengchi (GB20), Dazhui (GV14), sur Jianjing (GB21), sur Waiguan (5SJ), sur Xuanzhong (GB39).

  • – Cou tordu suite à une mauvaise position ou à un courant d’air froid pendant le sommeil, la personne n’arrive plus à tourner la tête:

idem + Hegu (LI4)

  • – Il peut être intéressant de travailler à distance sur une partie du membre inférieur au niveau du péroné. Sachant que la malléole correspond à l’occiput. La longueur du cou est reportée avec une longueur identique le long du péroné jusqu’à la malléole. Du même côté que la douleur. Si ça ne fonctionne pas faire le Gua Sha de l’autre côté. Demandez au patient de bouger le cou et après travailler en local.

Pour les douleurs d’épaule:

le Gua Sha se fera sur le membre inférieur le long du péroné. Déterminer la longueur de la base du cou à l’acromion et la reporter au niveau du membre inférieur (à partir de la zone situé près du 34VB) vers le bas. Du même côté que la douleur. Si ça ne fonctionne pas faire le Gua Sha de l’autre côté. Demandez au patient de bouger l’épaule et après travailler en local.

Pour les douleurs de la taille et du bas du dos:

Suite au port de quelque chose de lourd, à un mouvement ou à une posture incorrecte. Il y a gêne lors d’une Respiration profonde ou quand la personne tousse.

  • Si douleur récente: Faire le Gua Sha sur Shenshu (BL23), Zhishi (BL52), Yaoyangguan (GV3), Huantiao (GB30), Weizhong (BL40)
  • Si douleur Chronique: Shenshu (BL23), Zhishi (BL52),  Weizhong (BL40), Dachangshu (BL25), Weiyang (BL39), Chengshan (BL57), Kunlun (BL60), Yanglingquan (GB34)

Membres inférieurs:

Pour une entorse de la cheville:

Gua Sha sur la zone de Sanyinjiao (SP6), sur Taixi (K3) et en travaillant le Gua Sha dans un mouvement de rotation sur les points Kunloun (Bl60), Quixu (GB40), Jiexi (ST41). Lorsque la personne est assise ou couchée, il faut que sa cheville soit élevée. Pour un meilleur résultat associer massage et Gua Sha

Pour une crampe du mollet:

Gua Sha sur Weizhong (BL40), Chengjin (BL56),Chengshan (BL57),Yanglingquan (GB34), Waiqiu (GB36), Shenmai (BL62) Faire un massage de la zone douloureuse avant de faire le Gua Sha, conserver le muscle du mollet chaud.

Traitement pour un rhume:

Dès que vous sentez que vous avez pris froid dès, c’est le meilleur moment pour effectuer immédiatement gua sha.

  • sur la tête et le cou, Taiyang (dans la dépression 1 cun postérieur au milieu entre l’extrémité latérale du sourcil et le canthus externe), Fengchi (GB20), Dazhui (GV14), Fengfu (GV16)
  • sur le haut du dos, Fengmen (BL12), Feishu (BL13)
  • sur les membres supérieurs, Quiche (LI11), Chiza (LU5), Hegu (LI4)
  • travailler dans la zone de Fengchi (GB20) en descendant le long du cou et le long des fibres musculaires du trapèze, travailler dans la zone des côtes (pas sur les tissus mammaires pour les femmes) et dans la zone du méridien de la vessie de chaque côté des muscles paravertébraux.

Gynécologique

Au niveau gynécologie le Gua Sha est un excellent traitement pour les mastites. Pour les mastites au niveau du sein faire le Gua Sha de haut en bas le long du méridien de l’estomac (qui passe au niveau du sein) et ce avec un frottement léger (sans râper, sans gratter). La nature froide du Gua Sha est là particulièrement intéressante.

Contre-indications:

Ne pas réaliser de Gua Sha sur un Lipome, une tumeur. Le Gua Sha est par contre intéressant sur les kystes, les masses noueuses. Ne pas réaliser de Gua Sha sur une personne trop faible et trop fatiguée, sur une personne enceinte, sur une personne qui a des problèmes cardiaques, une maladie infectieuse, après une chirurgie récente, sur une personne ayant des coupures, des brûlures. Ne pas passer le Gua Sha sur les grains de beauté (mettre le docteur celui-ci et passer sur le s côtés), les verrues.

Pour aller plus loin dans la connaissance de cette technique traditionnelle:

suivre un stage avec Bruce Bentley, le spécialiste du Gua Sha et des ventouses, ou/et lire le livre de Nielsen Arya « Gua Sha, a traditionnel technique for modern practice ». Il existe en français, traduit de l’anglais par Claire S. Fontaine, « Une technique ancestrale adaptée au monde moderne ».