« Comment prêcher la compassion et tuer pour manger ? »

Classé dans : Alimentation | 0

Matthieu Ricard 1

Cet article, tiré de l’interview de Matthieu Ricard réalisé par Elisabeth Marshall dans « lavie.fr », apporte un éclairage intéressant concernant le fait de manger de la viande. Que signifie manger de la viande pour lui? Que signifie manger de la viande pour vous? Est-ce nécessaire? Est-ce que vous pensez comme Matthieu Ricard que c’est se nourrir de la souffrance et de la mort d’êtres sensibles et faire de notre corps un cimetière?

L’article: Végétarien depuis 47 ans, le moine engagé Matthieu Ricard lance un plaidoyer pour la cause animale. Au nom de la compassion pour tous les êtres, comme le professe le bouddhisme. Un dossier en partenariat avec l’émission La Quotidienne de France 5. Son pavé sur l’altruisme a fait, voici un an, un tabac. Cette fois, le moine et scientifique qui arpente la planète pour défendre les droits de l’humain, prend fait et  cause pour l’animal. Dans son dernier livre, Plaidoyer pour les animaux (Allary Editions), il part en guerre contre l’abattage industriel, dénonce la « tuerie de masse » et les souffrances infligées aux animaux. Avec des chiffres éloquents, il interroge notre comportement, nous qui choyions nos chats et nos chiens mais dont la compassion s’arrête… au bord de l’assiette. Rencontre, dans une cuisine (végétarienne !) bruxelloise, avec un contemplatif réaliste qui met le doigt sur nos contradictions.

L’homme altruiste que vous êtes se présente cette fois comme l’ami des animaux ?

Il ne s’agit pas tant d’aimer les animaux mais de reconnaitre notre interdépendance avec ces êtres sensibles qu’on fait souffrir. 60 milliards d’animaux terrestres sont tués chaque année.On transforme l’animal en objet de consommation, en machine à faire des saucisses et tout le monde y perd, eux d’abord mais nous aussi. On y laisse notre conscience morale, notre santé et notre avenir environnemental. Nous avons énormément progressé dans les droits de l’homme alors que nous réduisons les animaux à leur valeur marchande ou utilitaire. On ne respecte pas le fait qu’ils puissent souffrir et méritent d’être en vie. Il ne s’agit pas d’humaniser l’animal mais d’étendre notre bienveillance à tous. Quand je vois qu’un oiseau comme la barge rousse vole sur 10000 km en se guidant avec les étoiles et que moi, je me perds dans les rues à Paris, je constate qu’elle a des qualités que je n’aies pas. Nous ne sommes qu’une espèce parmi un million six cent mille, alors un peu de modestie !

Le premier homme n’était pas un mangeur de viande. Vous situez le retournement de la relation de l’homme à l’animal avec le passage du chasseur cueilleur à l’éleveur

Les australopithèques étaient à 83% végétariens. La viande a longtemps été presque un luxe, un appoint rare, lorsque le chasseur par exemple trouvait un animal mort. Il y eut ensuite une longue période carnivore avec l’homme de Neandertal. Enfin, il y a 12 000 ans, avec la sédentarisation, on assiste à un essor de l’agriculture et de l’élevage. On domestique peu à peu le loup, le cheval, la chèvre, puis le chat en Egypte il y a 3000 ou 4000 ans et ce passage aux animaux d’élevage change le rapport de l’homme à l’animal. Ce qui est intéressant, c’est qu’au même moment, chez les Sumériens, on note l’apparition de l’esclavage humain ! L’idée est instituée qu’on va pouvoir désormais utiliser d’autres êtres vivants à notre profit. C’est un même processus de dévalorisation de l’autre.Matthieu Ricard 4

Ce qui n’est pas le cas dans les sociétés dites primitives ?

Non. Pour l’homme préhistorique, comme de nos jours pour des sociétés de chasseurs cueilleurs comme il en subsiste encore en Amazonie, l’animal est différent mais pas inférieur. Il est même parfois l’incarnation d’un esprit que l’on redoute ou l’on vénère pour sa force supérieure. Même nos meilleurs sportifs, rappelons-le, ne nagent qu’à la vitesse d’une carpe et ne courent qu’à l’allure d’un chat… Alors, pour préserver leur équilibre moral et mental, les sociétés qui ont domestiqué et fait souffrir l’animal ont éprouvé, du même coup, le besoin de le dévaloriser pour justifier leur comportement. En le déclarant inférieur et sans sensibilité, on peut s’en nourrir en toute tranquillité.

Vous êtes sévères avec les penseurs grecs et chrétiens qui ne voient rien de répréhensibles à faire souffrir les animaux ?

La plupart des religions monothéistes regardent l’animal comme un bien créé pour la consommation ou du moins l’usage de l’homme : ne pas le manger serait négliger le don que Dieu nous a fait. Et ceux qui ne le mangent pas, le font pour des raisons de frugalité, de pénitence ou d’interdit face à la chair de l’être impur. Il y a des exceptions cependant, des voix de compassion dans toute l’histoire : dans le christianisme, Saint Jean Chrysostome ou Saint François d’Assise ou, dans la Grèce antique, Ovide ou Plutarque, grand avocat du végétarisme. Théodore Monot rapporte aussi cette histoire d’un maître soufi marocain (une exception dans l’islam) qui, pendant qu’il enseignait, vit un oiseau tombé du nid et demanda à ses disciples de relever celui AGE_1011124105.jpgqu’il présenta comme l’un de ses « semblables ». Un mot que n’auraient jamais employé bien des humanistes. Enfin, n’oublions pas les 450 millions d’Indiens végétariens, la communauté la plus importante au monde avec ces champions que sont les Jaïns, strictement respectueux de toute vie. C’est l’Inde qui a fait découvrir, au XVIIème siècle aux voyageurs européens, une civilisation respectueuse des animaux.

Et dans le bouddhisme, au nom de quelle éthique refuser la viande ?

Par pure compassion. On ne peut pas se nourrir de la souffrance et de la mort d’êtres sensibles. Un soutra dit  : « Manger de la viande détruit la grande compassion ». Avec quelques nuances cependant : dans le bouddhisme du petit véhicule (Théravâda),  le moine ne doit pas manger un animal qu’il a tué lui-même ou qui a été tué à son intention, alors que dans le Grand véhicule (Mahayana), on fait vraiment voeu de compassion : il n’est pas question de faire de notre corps un cimetière. Tous les moines chinois sont ainsi strictement végétariens. Au Tibet, à l’époque ancienne sans route ni communication, vous n’aviez du lait et du yaourt que trois mois de l’année et le reste du temps de la farine d’orge, du beurre et de la viande séchée : être végétarien dans ces conditions était une vraie ascèse ! Aujourd’hui, les monastères tibétains en Inde n’introduisent plus de viande dans leurs cuisines. Dans le monastère de 600 moines où je vis au Népal, le végétarisme n’est pas une obligation stricte mais on n’achète ni ne cuit de viande afin de ne pas alimenter le marché de l’offre et de la demande. La moitié des moines sont devenus végétariens.

C’est votre choix personnel ?

Depuis 47 ans ! Mes maîtres spirituels l’étaient et pour moi c’est une évidence car comment prêcher la compassion et tuer pour manger ? Les études scientifiques nous rejoignent aujourd’hui montrant que manger de la viande n’est pas un besoin.Même des champions olympiques comme le coureur Carl Lewis se passent de viande. L’idée qu’on a besoin de protéines animales pour survivre est fausse. Et je constate un essor du végétarisme chez les jeunes qui se mobilisent pour la question environnementale. Manger moins de viande n’est pas seulement moral, mais c’est un moyen de rester en bonne santé et de ralentir le changement climatique. Sans que s’impose le 100% végétarien, la tendance va vers cette prise de conscience. C’est ce que j’appelle un progrès de civilisation. Il y a encore 300 ans, on torturait l’homme sur la place publique, on allait voir une exécution le dimanche comme on va voir aujourd’hui un match de foot. Il y a eu une évolution incroyable vers l’empathie et le respect de l’autre et elle va continuer. Aux Etats-Unis, pays de cow boys et de chasseurs, il n’y a que 4% de végétariens mais parmi les étudiants d’université, le chiffre monte à 20%.En France, les végétariens sont désormais aussi nombreux que les chasseurs.Matthie Ricard 3

La notion d’être sensible devrait bientôt entrer dans notre code civil ?

La plupart des pays européens ont intégré cette notion dans leur loi. On reconnait par là qu’il est scientifiquement prouvé que les animaux ressentent la douleur. Pour les Finlandais, les animaux ont même une conscience ! En France, le 14 avril dernier, la commission des lois de l’Assemblée nationale a reconnu aux animaux le statut d’« êtres vivants doués de sensibilité », et ce en conformité avec l’opinion majoritaire des Français. Mais il n’y a pas encore de décret d’application, le processus étant bloqué par ses opposants… Je suis frappée par l’incohérence morale de notre société sur cette question des animaux !Matthieu Ricard 2

On ne peut ignorer, écrivez-vous, le rapport entre la souffrance du veau et la côtelette ?

Il y a en effet comme une schizophrénie. Si seuls 14% des Français affirment leur désaccord avec l’élevage pour la viande, 65% seraient dérangés d’assister à l’abattage. On cache les abattoirs ! Jamais le film Terriens, qui montre les conditions de l’abattage industriel de la viande, n’a pu passer à la télévision. On ne veut pas choquer les plus jeunes par cette réalité « dérangeante ». On constate, par ailleurs, que  50% des enfants de classes moyennes à Chicago ne font pas le lien entre le steak du hamburger et l’animal réel. D’où vient le steak ? Des supermarchés ! Et avant ? De l’usine ! Et lorsqu’on leur apprend qu’il s’agit d’un animal, ils n’y croient pas. C’est un fameux paradoxe qu’une société où on vénère ses animaux de compagnie et où la compassion s’arrête au bord de l’assiette. L’an dernier, on a beaucoup médiatisé le geste inhumain de cet homme qui a été filmé jetant un chat contre un mur. Tout le monde s’est mobilisé, l’homme a été condamné, le chat sauvé, c’est bien ! Mais qui s’est ému que, le même jour, 500 000 animaux – parfois jusqu’à 1000 porcs à l’heure ! – aient été abattus dans des conditions épouvantables ?

Ne peut-il y avoir un façon éthique de faire de l’élevage pour la viande ?

Bien sûr, la vache qui paisse avec son veau dans un pré en Dordogne, c’est mille fois mieux que celle qu’on a isolé dans un box ou que ces truies enfermées dans des cages de barreaux d’acier pour ne pas écraser leurs vingt-cinq porcelets. Mais cela ne change pas le fait qu’on élève Blanchette ou Roussette pour les tuer. C’est un moindre mal….

Matthieu Ricard 6N’est-il pas plus urgent, peut-on encore vous objecter, de se mobiliser pour les droits de l’homme ?

Ceux qui avancent cet argument ne se mobilisent souvent ni pour les uns, ni pour les autres ! Je suis engagé dans 140 projets humanitaires et m’occuper des animaux ne m’a pas ralenti une seconde. C’est d’ailleurs intéressant de voir que, dans l’histoire, ceux qui ont milité pour les droits de l’homme ont aussi lutté pour les droits des animaux. Sait-on que Tolstoï, Shelley ou Théodore Monod était des végétariens convaincus, défenseurs de la cause animale ? Il n’y a pas de barrière pour la compassion ! On ne peut pas obliger quelqu’un à être bon, mais qui pourrait contester que c’est la plus noble expression de la nature humaine ?

Laissez un commentaire